Cafés et bars : lieux-clés du débat citoyen ?

Historiquement, les cafés et bars sont des lieux d’échanges et permettant la circulation des idées : ils sont donc vecteurs de démocratie directe avec un débat de citoyens à citoyens ! A cause de ce statut social particulier, la situation des cafés et bars a fluctué entre légalité et illégalité au cours du XIXème siècle, siècle d’instabilité politique.

Source : BNF Gallica

On y va pour prendre un café ou pour passer le temps, les cafés et bars sont des lieux fertiles pour la citoyenneté et la démocratie : mais à l’heure des réseaux sociaux, est-ce toujours le cas ?

Lieu hors habitation et travail, les cafés et bars sont des lieux neutres où nouer des relations sociales est différent : cela amène à échanger, à discuter et à partager quelque soit son statut social !

C’est une égalité réelle pour les habitués de ces lieux : nous y sommes tous citoyen et client ! Les esprits antagonistes se confrontent sur un terrain neutre : les idées et opinions circulent sans apriori !

Les cafés et bars semble avoir joué un rôle capital dans l’histoire politique française : ils étaient perçus comme des lieux d’expression libre au cours du XIXème siècle, d’où leurs interdictions durant les régimes autoritaires de ce siècle.

Source : BNF Gallica

Ces cafés et bars se rarifient sur l’ensemble du territoire français, en passant de 200 000 en 1960 à 35 000 en 2017, soit un passage de 5 cafés/bars à moins d’un café/bar par commune français en moyenne !

Cette évolution montre une mutation sociétale : la liberté d’expression de ces lieux semble avoir migrer vers les réseaux sociaux, amenant à une parole plus décomplexée et plus violente !

Les principales victimes de cette mutation sont les milieux ruraux : les cafés et bars étaient des lieux de sociabilisation dans les villages, en plus de leur rôle démocratique et citoyen ! Or, leur diminution a été préjudiciable à l’ensemble des citoyens ruraux.

Depuis 2019, l’association 1000 cafés tend à rétablir ces lieux traditionnels dans les villages français ! Le but est de recréer le lien social par le renouveau de ces lieux : il s’agit d’une expérimentation humaine et politique, pour réengager dans la vie politique locale !

Mais, face aux réseaux sociaux, cette initiative pour revaloriser nos cafés n’est-elle pas une opération vaine ? Les réseaux sociaux seraient donc l’évolution naturelle de nos traditionnels cafés en terme de lieu politique et citoyen.

Or, par le biais de l’algorithme sur les contenus, l’échange est biaisé : les utilisateurs se voient confortés dans leurs opinions sans avis contraires ! Dans les cafés et bars, ces contradictions étaient présentes et dynamisées les échanges d’idées.

Malgré ce constat négative, les réseaux sociaux ont bien été à leur début des lieux d’échange démocratique et citoyen des idées : cela n’est plus le cas depuis l’application d’une modération rigoureuse dans les années 2010 amenant à une négation de démocratie sur les « thématiques non consensuelles » !

Ne serait-il pas intéressant de revaloriser dans nos villages ces lieux de démocratie réelle, d’échanges des idées et de la construction citoyenne ? La question reste ouverte à votre appréciation, n’hésitez pas à exprimer votre opinion en commentaire !


Le Lavelinois

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s